Loading

logo-manutention-h1Huit règles pour observer les manutentionnaires en action

« Pliez les genoux et gardez le dos droit. » Cette technique est devenue la référence pour qui veut soulever des charges sans se blesser. Pourtant, les tâches de manutention confiées aux travailleurs sont complexes, présentant des charges variées dans des contextes diversifiés et changeants. Elles ne peuvent pas être systématiquement abordées de la même manière. Plusieurs études montrent d’ailleurs que les manutentionnaires disposent de plusieurs façons de faire pour prévenir les blessures associées à leur travail.

Nous proposons huit règles pour comprendre ce vaste répertoire de gestes et de mouvements des travailleurs en manutention. Il s’agit de huit aspects du mouvement qui permettent de décrire les techniques utilisées par les manutentionnaires pour s’adapter aux diverses situations, possibilités et risques qu’ils rencontrent.

C’est cette possibilité d’adaptation à la diversité des contextes — cette marge de manœuvre — qui constitue l’intérêt de ces règles. Les gestes et mouvements du manutentionnaire averti intègrent la plupart de ces règles à des degrés divers.

  Règle d’action Aide-mémoire Description
1

Alignement postural

 

La colonne vertébrale est conçue pour travailler de façon alignée. Réfère aux postures les plus adéquates pour le dos au moment de l’effort. Il faut à la fois respecter les courbures naturelles du dos, sans être trop penché vers l’avant, et travailler de façon symétrique.
2

Bras de levier

L’éloignement de la charge multiplie l’effort. À l’effort déjà considérable fourni par le bas du dos pour soutenir le poids du corps s’ajoute la charge, qui représente un poids d’autant plus élevé si celle-ci est éloignée du corps. Il est donc préférable de tenir toute charge le plus près possible de soi.
3

Mise sous charge

 

Moins on tient la charge longtemps, plus on s’économise. La phase où l’on supporte complètement la charge est la plus exigeante : il faut tenter de la réduire au minimum.
4

Utilisation de la charge

Faire travailler la charge pour soi. Il est souhaitable de travailler AVEC la charge, plutôt que CONTRE elle. Pour cela, le manutentionnaire utilisera la position ou les propriétés intrinsèques de la charge.
5

Équilibre corporel

 

Être en équilibre et prêt à réagir pour éviter les mauvaises surprises. L’ajout d’une charge et les surfaces sur lesquelles le manutentionnaire se déplace ont une influence sur la qualité de son équilibre. Récupérer d’un déséquilibre ou réagir à un imprévu implique des efforts soudains et brusques qui sont dommageables : il faut les éviter.
6

Utilisation du corps

Le corps peut contribuer à réduire l’effort. Le corps peut être au service des gestes. Son utilisation passe d’abord par les membres inférieurs qui peuvent supporter la majorité des efforts.
7

Transition entre prise et dépôt

Choisir son parcours. Le trajet choisi pour passer de la prise au dépôt influe particulièrement sur la durée de maintien de la charge. Il faut choisir la transition appropriée.
8

Rythme des mouvements

Choisir les bons mouvements. La vitesse et la fluidité des mouvements ont un effet sur les contraintes au dos et la durée de maintien de la charge. Il faut choisir le rythme qui convient et éviter les mouvements par à-coups, saccadés.

Utilité des règles d’action en prévention

Les règles d’action sont utiles non seulement pour comprendre les principes qui régissent le mouvement. Elles peuvent aussi faciliter la communication avec les manutentionnaires.

Imaginons le cas où, pour se rapprocher d’une charge, un manutentionnaire doit mettre un pied sur une palette de bois (figure 1). Si elle n’est pas en bon état, cette palette pourrait céder et blesser le travailleur (entorse à la cheville, égratignure, etc.). C’est le dilemme auquel est confronté le manutentionnaire et qui l’amène à exercer son jugement. Doit-il demeurer loin de la charge, contrevenir ainsi à la règle du bras de levier et en ressentir les effets au dos ? Préfère-t-il évaluer l’état de la palette, puis prendre le risque d’y mettre un pied s’il croit peu probable qu’elle cède ? La perspective que nous adoptons est la suivante : c’est la situation de manutention qui dicte les compromis à faire. Une analyse doit, chaque fois, être effectuée pour déterminer la méthode la plus appropriée.

Un observateur externe pourrait, en se servant des règles, interpréter et comprendre cette situation spécifique. Le préventeur peut y voir une possibilité d’échanges intéressants avec le manutentionnaire. Il a ainsi des outils pour lui faire comprendre les diverses options et discuter des conséquences potentielles.

Mettre ou ne pas mettre son pied sur la palette

30_presentoir_final

Les façons de faire sont souvent le résultat de compromis qui
peuvent être analysés à l’aide des règles d’action.

(Sources) :

Baril-Gingras, G. et Lortie, M. « The Handling of Objects Other Than Boxes : Univariate Analyses of the Handling Techniques », Ergonomics, 1995, vol. 38, no 5, p. 905-925.

Couture, J.-M. et Lortie, M. « Impact des stratégies sur les modes opératoires de manutentionnaires », Travail et santé, 1999, vol. 15, no 1, S.2-S.6.

Denis, D., St-Vincent, M., Gonella, M. Les stratégies de manutention observées chez une population d’éboueurs du Québec : pistes de réflexions pour une formation à la manutention plus adaptée. Rapport de recherche R-527, Montréal, IRSST, 2007, 39 pages.

Denis, D., Lortie, M., St-Vincent, M., Gonella, M., Plamondon, A., Delisle, A., Tardif, J. Programme de formation participative en manutention manuelle : fondements théoriques et approche proposée, Rapport de recherche R-690, Montréal, IRSST, 2011, 172 pages.

Denis, D. « Le code gestuel : mieux comprendre et prévenir les risques en manutention », Objectif prévention, 2013, vol. 36, no 2, p. 26-27. 

Nouvelle publication

Dans le cadre d’une nouvelle approche de formation, l’IRSST a lancé un outil d’aide à la planification pour une manutention manuelle sécuritaire. Son utilisation permet de mieux comprendre les situations de manutention et de planifier des transformations et des activités de formation adaptées au contexte de travail.

outils-aide